De Pinocchio à Internet

Auteur: Florent ARGENTIER Le: dim 19 Mar 2017

Qui se souvient de Tim Berners-Lee ? Retour en arrière :  1989, la naissance du www (World Wide Web, l’Internet), dont cet anglais est en quelque sorte le père fondateur. Vingt-huit ans après, ce britannique, qui suit toujours de près les évolutions de sa création, vient de prendre la plume pour attirer notre attention sur trois tendances qu’il juge inquiétantes.

À commencer par la possible perte de contrôle sur les données personnelles, ou plutôt la prise de contrôle de celles-ci par des entités qui seraient tentées d’en tirer un profit (monétaire ? politique ?…) ; et de pointer le fait qu’individuellement nous ne contrôlons plus grand-chose de notre identité numérique, et que celle-ci n’est pas forcément bien protégée.

Deuxième dérive, la désinformation. Politique en premier lieu, mais aussi forcément économique puisque l’une et l’autre sont liées notamment par la finance, l’écologie etc. De l’influence à la désinformation il y a peu.

Enfin, Tim Berners-Lee pointe du doigt la publicité politique, celle qui utilise les données personnelles pour créer des messages contradictoires et parfois mensongers, en fonction de cibles « segmentées » comme dirait un bon marketeur. Des méthodes tentantes aussi pour la publicité commerciale ?

Alors bien sûr, ces trois dérives doivent nous interpeller, dans notre manière d’envisager nos actions marketing, de considérer les clients que l’on se plait à mettre au centre, de pratiquer nos métiers tout simplement.

Un peu comme un Gepetto qui tente de raisonner sa créature Pinocchio, né innocent puis rapidement devenu menteur, le créateur d’Internet adresse un message à l’ensemble des utilisateurs d’Internet. Nous ne pouvons qu’y être sensibles.

À bientôt lors de l’un des prochains événements du Cercle Marketing Client !

Florent ARGENTIER

Président