EDITO : Marcher sur la tête ou sur la lune ?

Auteur: Florent ARGENTIER Le: jeu 10 Jan 2019
French astronaut Thomas Pesquet gives an interview to AFP on May 30, 2017, aboard the International Space Station. - Pesquet will come back to Earth on June 2, 2017 after spending six months in space. (Photo by STR / EUROPEAN SPACE AGENCY / AFP)

La trêve des confiseurs a rarement si mal porté son nom que cette année. De trêve il n’y en a pas vraiment eu, sauf pour celles et ceux qui ont fuit les centre-villes le samedi tout en évitant certains ronds-points, qui n’ont pas regardé les chaînes d’infos en continu, et qui ont renoncé depuis longtemps à lire les commentaires de posts sur les réseaux sociaux. L’histoire dira ce qu’il y a retenir des ces quelques semaines pour le moins troublées, pour l’heure il est intéressant de se pencher sur certaines analyses de spécialistes (sociologues, économistes, urbanistes, philosophes ou juristes, par exemple) qui tentent d’apporter des explications à cette crise aux facettes multiples et parfois contradictoires. Tiens, parmi ces spécialistes il me semble n’avoir guère entendu ou lu d’analyses de marketeurs, et le monde de l’entreprise m’a paru assez silencieux…

Mais je ne veux pas donner une coloration trop jaunâtre à cet Edito de début d’année, alors je veux vous parler d’un article qui m’a réjoui, qui est paru cette semaine dans un supplément consacré à l’orientation des 16-25 ans d’un quotidien du soir (Le Monde du 8 janvier 2019). Cet entretien avec Thomas Pesquet est une mine de bon sens et de conseils simples et essentiels à destinations des jeunes ou de leurs parents. L’astronaute y évoque ses rêves d’enfance, très éloignés de la conquête spatiale, de sa trajectoire qui ne ressemble guère à la programmation d’une mise sur orbite, des hasards qui ont jalonné sont chemin tout autant que son travail et son abnégation, de sa capacité à travailler avec les autres et son sens collectif qui ont sans doute fait la différence à certains moments. Et aussi de talents et capacités qu’il a développés en exerçant ses loisirs, de plaisir, de plan B… En évoquant simplement son parcours, Thomas Pesquet astronaute nous offre une belle leçon de vie.
Au nom du Cercle et des membres du Bureau, je vous souhaite une excellente année que je vous propose de fêter ensemble le 18 janvier, lors de notre déjeuner de début d’année.

Florent ARGENTIER
Président du Cercle