ÉDITO : Sujets à méditer…

Comme chaque année, la simple lecture des sujets des Mémoires et thèses que 36 étudiants ont souhaité proposer au Jury du Prix du Cercle 2021 aura été très instructive. Au delà du palmarès que vous pouvez découvrir par ailleurs, les sujets sur lesquels les étudiants – avec l’éclairage de leurs directeurs de Mémoires bien sûr – ont choisi d’effectuer leurs recherches ces deux dernières années montrent certaines tendances fort éclairantes. Dont une qui me paraît très significative :
C’est en effet la première année que les thématiques liées à la responsabilité et à l’éthique émergent dans les travaux présentés. Voici quelques intitulés :

  • L’économie circulaire dans le secteur du prêt-à-porter ;
  • La transparence dans le secteur de la mode ;
  • Écologie numérique, le prochain enjeu des entreprises ;
  • Les achats responsables dans le secteur de la grande distribution ;
  • En quoi l’essor des sites de vente de vêtements d’occasion en ligne a-t-il modifié les motivations et les rôles des consommateurs ;

Au regard des… 30 éditions précédentes de ce prix, ceci n’a rien d’anecdotique, il suffit de souvenir que les travaux académiques témoignent des sujets émergents, comme je l’avais rappelé dans un précédent édito.

Parmi les autres sujets, bien entendu le digital, protéiforme, est toujours appétant (les applis de notation cosmétiques) et conquiert de nouveaux secteurs (L’uberisation de l’immobilier ou le marketing agro-alimentaire). Et je relève que le prospectus promotionnel reste un sujet d’analyse (Le prospectus promotionnel a-t-il encore une valeur ajoutée pour la grande distribution en 2020 ?), ou que l’enceinte connectée vocale est étudiée en tant que média de marketing publicitaire.

Plus que jamais en 2021, le Jury du Prix du Cercle, avec ce Prix, tient à rendre hommage aux étudiants et au corps enseignant pour lesquels l’année écoulée fut une sacrée remise en question !

Florent ARGENTIER
Président

 

Illustration : Un cours à l’université donné par Henricus de Alemannia
(peinture de Laurent de Voltina datant de la seconde moitié du 14e siècle).