Marronniers de Noël

Que retiendrons-nous cette année encore de la période de Noël, d’un point de vue commercial et marketing s’entend ? D’abord que les retardataires, ceux qui attendent le dernier moment pour leurs achats, seront, comme toujours, de plus en plus nombreux. Ceux-là ont sans doute une grande foi dans le pouvoir des logisticiens, gestionnaires de stock, transporteurs et manutentionnaires qui chaque mois de décembre font des miracles – et des heures supplémentaires bien souvent – pour que les cadeaux soient au pied du sapin le jour J. Ces retardataires se rendront aussi en magasin, sans doute un peu moins en nombre qu’à l’accoutumée du fait des craintes d’attentats, et ils pesteront parfois en s’apercevant qu’ils ne sont pas les seuls à faire leurs courses au dernier moment. Ou pire, ils découvriront que les premiers acheteurs sont les premiers servis. Il faudra alors qu’ils soient prêts à changer leur fusil d’épaule devant des rayons parfois vidés.

Et puis comme chaque année on s’étonnera – ou se rassurera, c’est selon – que le cadeau le plus offert soit le livre. En papier, je précise. On débattra sans fin sur les cadeaux pour garçons et ceux pour filles – ce qui nous remettra en tête cette récente conférence du CMD autour du gender marketing, illustrée par le cas Harley Davidson -. Et dès le 25 décembre ce sera au tour des sites de (re)vente entre particuliers de voir leur fréquentation en hausse, car une partie des cadeaux reçus y seront revendus. Oui c’est aussi tout cela le charme de Noël… Passez d’excellentes fêtes de fin d’année !

Florent Argentier,

Président