Travailler en mode projet collaboratif, mission impossible ? Non, on l’a fait … et le résultat est un nouveau magazine, à paraître bientôt !

Karine MOUSSINET le 18 avril 2018

TV01UneRVB

Par Karine MOUSSINET, responsable marketing direct au sein des Éditions LVA.

Éditeur de presse indépendant, les Éditions LVA se positionnent comme le leader de la presse de collection depuis 1976, année de création du titre phare du groupe, La Vie de l’Auto. Aujourd’hui, les Éditions LVA détiennent sept titres : quatre magazines, deux hebdomadaires et un bimensuel. Tous sont dédiés à l’univers de la collection. Dans le cadre de la stratégie de diversification, un projet d’une nouvelle publication voit le jour, organisé en mode collaboratif. Tout est à créer, son positionnement, sa cible, sa maquette, son contenu éditorial … Récit de cette aventure qui se concrétisera en mai 2018 avec sa parution.

La presse : un contexte compliqué…
Ce secteur est en décroissance, les MLP (Messageries Lyonnaise de Presse) ont annoncé une diffusion en baisse de 9.8% sur les portefeuilles qu’ils gèrent entre décembre 2016 et décembre 2017 et la presse spécialisée n’échappe pas à cette tendance baissière. D’autre part, les éditeurs sont mis à contribution pour absorber une partie du déficit du concurrent Presstalis, et à cela s’ajoutent la taxe écofolio et les hausses régulières des tarifs postaux.
Donc à l’heure où le secteur de la presse est torturé, il faut réfléchir à des nouveaux projets, se diversifier pour trouver de nouvelles sources de revenus et ainsi redonner de la couleur à ce tableau qui semble bien gris.

Un projet devenu réalité…
Il y a quelques mois, un de mes collègues et moi-même avons entamé un changement dans les méthodes de travail, à savoir mélanger les compétences éditoriales et commerciales pour réaliser un produit d’édition : première expérience réussie (alors qu’il n’existe pas de complicité naturelle entre nos services habituellement, mais les temps changent et c’est tant mieux !). Quand un auteur a sollicité la société pour proposer d’éditer un livre, j’ai soumis l’idée à la rédaction concernée par la thématique (la collection) et nous avons élaboré un projet chiffré et argumenté, qui a été validé par la direction. Ce projet éditorial était le début de notre nouvelle approche transversale !

Dans notre volonté contagieuse de créer de nouveaux produits, le petit groupe de travail s’est vite élargi à des volontaires motivés et impliqués apportant d’autres compétences : communication, création graphique… pour imaginer puis développer un nouveau magazine sur un secteur non concurrentiel : le Vintage…

Une méthode simple mais efficace
Plusieurs services ont été sollicités, chacun apportant ses idées sans censure, s’enrichissant des interventions des uns et des autres, au cours de réunions de travail orchestrées par un chef de projet, responsable de cadrer le dossier mais de manière souple et collaborative.
Le mode directif n’a pas sa place dans ce genre d’exercice.
Des points réguliers furent nécessaires, organisés autour d’un rétro-planning, pour valider les to do lists et respecter les échéances.
Il est donc primordial de choisir un leader agile en communication et d’établir un plan d’actions clair, à partager avec tous les intervenants, pour favoriser l’efficacité.

Une ambiance de travail plus détendue et une expression libérée
La direction a été impliquée, suivant les règles du groupe projet avec une communication fluide et transparente, ouverte à la discussion. Le lien hiérarchique a été mis de côté pour favoriser les échanges et se donner le droit à l’erreur.
Ce mode de travail permet d’installer une meilleure communication entre les collègues dans la durée, au passage de découvrir des personnalités insoupçonnées, de laisser libre cours à l’imagination, et au final de permettre au projet de devenir un véritable lieu d’expression.
Tous les sujets ont été abordés, la maquette, le contenu éditorial, les axes de communication, la politique d’abonnement, tout a été partagé et validé entre nous tous, même si les sujets dépassent les périmètres de chacun.

Des bénéfices avérés pour l’entreprise
Travailler en groupe permet de fusionner les talents. Ce mode de management stimule l’intelligence collective, favorise les synergies et la coordination entre différents services pour mutualiser les compétences.
Associer les collaborateurs aux projets de la société, les informer sur la stratégie à mener, permet de les responsabiliser et ainsi d’instaurer une plus grande motivation.
Le travail en mode projet permet de monter en compétence, chacun apprend et complète ses savoir-faire, on partage ses méthodes de travail, ses points de vue et ses raisonnements professionnels. Enfin des collaborateurs responsabilisés et valorisés dans leurs tâches font preuve d’un regain de motivation individuelle, une richesse pour la société.

 
En résumé…
Je n’étais pas naturellement destinée, compte tenu de mon parcours tourné vers le marketing direct, à travailler sur un projet éditorial, mais avec cette approche nouvelle, j’ai participé à l’élaboration du projet de sa naissance, à son aboutissement, en passant par la phase de présentation au comité de direction pour validation. Notre nouveau magazine Tendances Vintage sortira le 16 mai prochain, créé en mode projet, avec plusieurs services fonctionnels de la société.

La prochaine étape est de développer ce nouveau mode de travail, c’est une nouvelle culture à mettre en place dans un fonctionnement historiquement cloisonné. Il faut casser les codes pour continuer à partager nos idées et la collaboration entre nous.
Cette prise de conscience doit être collective, nous en sommes au début, charge à nous de bousculer les habitudes… mais c’est déjà le cas, plusieurs groupes projets sont en cours sur différentes thématiques pour créer et innover, sans attendre les impulsions de la direction, ravie de voir la ruche s’animer.

 

 

Partagez
kmoussinet2

Karine MOUSSINET

Après une première expérience chez Bayard Presse puis chez France Loisirs pendant 7 ans avec comme mission l’élaboration des plans fichiers des campagnes mailing pour les filiales belge et suisse puis la France, Karine Moussinet change de secteur pendant quelques temps et se dirige vers le secteur du e-commerce chez BNP Paribas. Elle revient ensuite rapidement dans le monde qu’elle affectionne particulièrement qui est celui de la Presse spécialisée et prend ses fonctions dès 2009 au sein des Editions LVA (8 publications), éditeur, organisateur d’événements, VPCiste… Elle est aujourd’hui en charge de la politique de recrutement et fidélisation des portefeuilles abonnés, gère et développe la Boutique du Collectionneur (VPC), et organise la promotion de toutes les activités du groupe des Editions LVA.